15/01/2015

CV: les pièges à éviter absolument

shutterstock_115952863.jpg

Chaque jour, les recruteurs déchiffrent des dizaines de CV. Mal rédigés, à la longue, ceux-ci font mal aux yeux et terminent en classement vertical...

Bien sûr, certaines règles d'or pour un bon CV sont des évidences pour tous: bonne orthographe, organisation et structure, clarté,... mais il reste néanmoins certains pièges à éviter si vous ne voulez pas ruiner celui-ci.

Pour vous aider à rendre votre CV plus percutant, et afin qu'il ne connaisse pas ce sort, nous vous donnons une liste de 6 erreurs à éviter absolument!

 

Erreur 1: vos objectifs ne sont pas clairs

Si vous incluez dans votre CV une section "Objectifs" essayez d'être le plus précis possible quant à ceux-ci.

Trop souvent, les recruteurs lisent des phrases bien vagues à ce sujet, du style "je suis à la recherche d'un défi professionnel intéressant".

 

Une bonne chose à faire est de personnaliser vos objectifs par rapport à l'emploi pour lequel vous postulez!

Suivant l'emploi, vous devez aussi vous poser la question si cette rubrique apporte un "plus" à votre CV? Dans le cas contraire, n'hésitez pas à la retirer dans certains cas.

 

Erreur 2: vous avez indiquez d'anciennes (très anciennes) connaissances

Listez vos connaissances les plus récentes, ainsi que des connaissances pertinentes (qui vous ont amené à vos connaissances actuelles), sans passer par un historique exhaustif de TOUTES vos connaissances...

Par exemple, pour un informaticien, nul besoin d'indiquer que vous maîtrisez parfaitement Windows 3.11...

 

Erreur 3: vous utilisez trop d'acronymes

Evitez les acronymes! Un acronyme c'est un sigle qui se prononce comme un mot à part entière.

Si certains d'entre eux sont régulièrement utilisés et sont connus de tous (IT, RH,...), n'en abusez quand même pas. Et si nécessaire, si l'acronyme est indispensable mais moins connu, n'hésitez pas à l'expliquer.

 

Erreur 4: attention au jargon utilisés dans des domaines bien spécifiques

Utilisez le jargon d'un domaine bien spécifique (informatique, construction,...) peut, si il est correctement employé, démontrer votre connaissance de ce domaine. Mais à trop l'utiliser ou à mal l'utiliser, vous risquez de desservir votre cause...

 

Si ces termes ne se retrouvent plus qu'uniquement dans théorie (cours, livres, syllabi,...) et non sur le terrain, au lieu de montrer votre connaissance de ce domaine, vous risquez de faire croire que vous n'en avez qu'une connaissance très théorique, bien loin de la réalité.

 

Erreur 5: vous ne semblez pas cerner clairement l'emploi pour lequel vous postulez

Si il est vrai que certaines annonces d'emploi ont un intitulé assez vague ou "passe partout", à vous de voir (au travers du descriptif de la fonction, par exemple) ce que l'employeur recherche comme profil et si cette recherche peut correspondre avec vos compétences. Ainsi, vous pourrez orienter votre CV en fonction de ce qui est demandé.

 

Erreur 6: vous êtes très vague concernant votre expérience

Des expressions comme "j'ai travaillé en étroite collaboration avec l'équipe réseau", "collaboration avec le tax adviser de l'entreprise" ne donnent pas d'explications pertinentes quant à votre expérience! Etes-vous ingénieur réseau? Etes-vous comptable?

 

Détaillez et expliquez clairement votre expérience en fonction de ce qui est demandé dans l'offre d'emploi!

 

Source : www.cio.com, inspiré de l'article de Greg Schaffer, Computerworld

Publié dans Infos carrières |

Prêt pour un entretien d’embauche en 24 heures chrono!

Vous avez postulé pour un job et, bonne nouvelle, on vous appelle pour vous proposer un entretien. Mais, panique totale, l’entretien est prévu pour demain matin! Pas d’inquiétude: voici comment arriver à vous préparer en 24 heures.

 

10.00 Choisissez le bon look

Lors d’un entretien d’embauche, tout tourne autour de la première impression. Optez donc pour une tenue qui sera adaptée à la fonction et à l’entreprise chez qui vous postulez. Gardez cette règle à l’esprit: mieux vaut trop habillé que pas assez. Ne gâchez pas vos chances en portant un jeans et des chaussures de sport. Un décolleté trop plongeant est aussi déconseillé.

 

10.30 Préparez votre entretien

Pendant l’entretien, vous aurez sans doute à répondre à des questions telles que ‘Pourquoi devrions-nous vous choisir?’ ou ‘Quels sont vos qualités et vos défauts?’. Essayez donc de préparer vos réponses à ces questions. Appliquez la méthode S.T.A.R. pour répondre: décrivez la situation, expliquez quelles étaient vos tâches, les activités que vous avez entreprises et quels résultats vous avez obtenus.

 

11.30 Prévoyez vos questions

Il est important aussi que vous posiez des questions, surtout si vous postulez pour une fonction dans la vente. Pensez donc à quelques questions que vous voudriez poser. Celles-ci vous offrent l’opportunité de mieux connaître votre éventuel futur employeur et son entreprise. De plus, c’est un moyen supplémentaire de montrer que vous vous intéressez à l’entreprise et à la fonction.

 

14.00 Faites des recherches

Aujourd’hui, presque toutes les entreprises ont un site web qui fournit énormément d’informations. Examinez-le de fond en comble et essayez de répondre à des questions comme ‘Quelle est l’activité principale de l’entreprise?’ ‘Quelles sont les dernières évolutions importantes?’. Vous démontrerez ainsi de la motivation et de l’intérêt.  

 

16.00 Planifiez votre itinéraire

Pour éviter de vous perdre en route et d’arriver en retard à l’entretien, planifiez bien votre itinéraire. Vous voyagerez en transports en commun? Vérifiez les horaires et les correspondances. Si vous y allez en voiture, introduisez déjà l’adresse dans votre GPS pour voir combien de temps dure le trajet. Tenez compte des éventuels ralentissements ou embouteillages. Arriver en retard à l’entretien ne serait vraiment pas une bonne idée.

 

22.30 Allez dormir tôt

Veillez à être bien reposé pour votre entretien. Si vous avez l’air fatigué et confus, vous ne ferez vraiment pas bonne impression.

 

07.30 Prenez un bon petit déjeuner

Levez-vous suffisamment tôt pour avoir le temps de vous préparer à votre aise et de prendre un solide petit déjeuner. Imaginez comme la situation sera gênante si votre estomac vide se met à gargouiller en plein entretien.

 

08.00 Tenez-vous au courant de l’actu

Lisez en vitesse le journal ou jetez un coup d’œil à un site d’actualité. On ne peut en effet jamais savoir sir une question sur l’actualité vous sera posée. Il ne serait pas bien vu que vous ne sachiez quoi y répondre. Parcourez aussi une dernière fois la description de fonction et assurez-vous de connaître le nom de la personne que vous devez rencontrer.  

 

08.30 Faites des exercices respiratoires

Vous êtes stressé? Essayez de vous relaxer grâce à quelques exercices de respiration. Concentrez-vous sur votre respiration et inspirez et expirez par le ventre. Il vaut mieux passer 10 minutes à faire ces exercices, que fumer une cigarette qui vous donnera mauvaise haleine.

 

09.30 Soyez à l’heure

Soyez à l’heure. Il ne sert à rien d’arriver trop à l’avance. 10 minutes avant le début de votre entretien est le délai parfait. Stressé? Allez aux toilettes pour refaire quelques exercices de respiration.

Publié dans Infos carrières |

14/01/2015

Comment réussir votre reconversion professionnelle

 

shutterstock_141318316.jpg

Quelle que soit la cause (la crise, la génération Y girouette), de nos jours, les travailleurs changent de carrière comme de chemise. Bien sûr, il est plus aisé de changer de casquette en début de carrière, mais on voit aussi des personnes moins jeunes réussir brillamment leur reconversion professionnelle.

 

Un calcul stratégique 

Joel Garfinkle, coach carrière et auteur de Getting Ahead : Three Steps to Take Your Career to the Next Level (« Aller de l’avant : trois étapes pour emmener votre carrière à un niveau supérieur »), explique : « Il est bon d’envisager une reconversion professionnelle si une telle chose s’avère bénéfique d’un point de vue stratégique. Les défis économiques permettent aux employés proactifs de changer stratégiquement de carrière, afin d’éviter les licenciements (collectifs ou non). Parfois, une reconversion professionnelle s’impose pour aller de l’avant lorsque vous avez atteint une impasse dans votre carrière actuelle. » 

 

Une question de satisfaction personnelle

Une autre raison poussant à la reconversion professionnelle est bien sûr la satisfaction personnelle. Selon une étude menée par Spherion, une entreprise de dotation en personnel, 87% des travailleurs citent l’équilibre travail/vie comme une raison de rester au sein de l’entreprise. Sandy Mazur, l’un des responsables de l’enquête, développe : « Parmi les données déterminantes dans la volonté d’une reconversion professionnelle, on retrouve le niveau de satisfaction procuré par le job actuel et l’aspiration à un travail plus épanouissant. Les gens veulent un boulot stimulant et gratifiant. » 

 

Un travail d’introspection

Quelle que soit la motivation de départ, les experts s’accordent sur le fait que, avant de vous embarquer sur une voie professionnelle entièrement nouvelle, vous devez procéder à un sérieux travail d’introspection, afin de dresser une liste réaliste de vos points forts et de vos faiblesses. Ainsi, il serait peu judicieux de vous lancer dans une carrière dans les ventes si vous ne possédez que peu de qualités de communication. Tout comme il ne serait pas avisé de vous improviser trader si vous ne résistez pas très bien aux situations stressantes.

 

Un calcul coûts/bénéfices

Par ailleurs, vous devez confronter les risques aux bénéfices. Par exemple, est-ce que vous pouvez vous permettre de gagner moins d’argent ou de vous payer une formation ? Garfinkle pointe une contradiction apparente : « Il peut paraître paradoxal que l’instabilité économique puisse être à la fois la cause d’une reconversion professionnelle et la raison pour laquelle une telle reconversion peut s’avérer risquée. Commencer au bas de l’échelle dans une nouvelle carrière signifie également que vous êtes le premier sur la liste en cas de licenciement collectif. » 

 

Une bonne connaissance de soi

Selon Kimberly A. Smith, administratrice au cabinet de recrutement Witt/Kieffer, les gens qui réussissent leur reconversion professionnelle sont ceux qui prennent le temps de faire le point sur leurs qualités et leurs défauts. Cette connaissance de soi permet de faire la lumière sur les types de carrières dans lesquelles vous pouvez percer et ceux qu’il vaut mieux éviter. Kimberly Smith conseille aussi de demander l’avis de vos collègues ou même de patrons qui seraient prêts à vous livrer des exemples impartiaux de vos points forts et de vos faiblesses.

 

Une décision mûrement réfléchie

Lorsque vous avez établi ce bilan, vous devriez investiguer les domaines dans lesquels vous auriez envie de travailler. Vous devriez vous renseigner sur le genre de compétences et de formation(s) dont vous aurez besoin pour briller dans ce type de boulot. Par ailleurs, vous devriez vous enquérir du niveau de compétition des postes que vous brigueriez et des échelles salariales correspondant à votre expérience et à vos compétences. Garfinkle met en garde : « Ne changez pas de boulot tant que vous ne possédez pas toutes les informations susceptibles de mener à une décision mûrement réfléchie. » 

 

Trouvez-vous un mentor

Vous pouvez déjà avoir un aperçu de ce à quoi ressemblera votre futur job en vous renseignant sur Internet ou sur le site de Références. Mais il vous faudra aussi approfondir votre recherche en exploitant au maximum votre réseau de connaissances et en vous trouvant un mentor dans le domaine que vous envisagez, qui pourra vous éclairer au mieux sur les conditions de travail. Sandy Mazur explique : « Il est important de chercher quelqu’un actif dans le domaine choisi. Il vous renseignera sur ce qui fonde son succès, sur les pour et les contre. » Mazur vous conseille de suivre cette personne quelques jours, si possible. Rien de tel que l’action sur le terrain pour vous forger votre propre opinion. 

 

Une formation souvent nécessaire

Beaucoup de gens aimeraient changer de carrière. Mais l’idée de retourner sur les bancs d’école afin d’acquérir la formation nécessaire réduit la perspective à l’état de rêve. Certains jobs ne s’improvisent pas : on ne peut pas devenir infirmière ou comptable du jour au lendemain. Mais vous pouvez un peu remanier votre CV pour mettre en évidence toutes vos compétences transversales.

Par exemple, avant d’occuper le poste de recruteur chez Witte/Kieffer, Kimberly Smith dirigeait un hôpital qui finit par être revendu. Au cours de ses recherches d’emploi, on lui demanda si elle envisageait de faire de la recherche. Au départ, Kimberly Smith rejeta cette idée, avant de se raviser et de réaliser que ses compétences étaient également un atout dans ce domaine, même si Witt/Kieffer n’était pas un hôpital. Elle raconte : « Vous devez être ouvert(e) aux nouvelles expériences et oser prendre des risques. La récompense peut valoir le coup. » 

 

Source : Glassdoor.com

Publié dans Infos carrières |